Bandeau
Expositions > Anciennes > Du chantiers aux cahiers
Du chantier aux cahiers

 

Du 19 mai au 19 août 2001 

Interpellés par l’imposant monolithe d’Alterswil, imaginez que cette stèle faisait peut-être partie d’un ensemble attestant un culte préhistorique proche de ceux pratiqués en Angleterre ou en Bretagne; découvrez les légendes ou les mythes qu’on rattachait à ces blocs, du côté de Font ou de Pierrafortscha.
Vous pourrez ensuite vous plonger dans le monde des sondages sur le terrain en partant, avec l’une de nos équipes, en campagne sur le tracé de la route H189 (évitement de Bulle – La Tour-de-Trême) en projet. Grâce à un montage de diapositives, vous suivrez en différé les interventions effectuées sur ce tracé et bénéficierez d’un premier éclairage sur quelques-uns des sites révélés sur le territoire de la commune de La Tour-de-Trême.
La démarche de l’archéologie préventive pratiquée dans notre canton est également illustrée par les sondages et la fouille qui se sont déroulés, entre 1999 et 2000, sur le site des Marais de Vily à Ursy ; sans doute comprendrez-vous mieux comment l’activité de l’archéologue peut s’inscrire sereinement dans le calendrier des travaux de construction, lorsque la procédure est respectée par les parties.
Cap plein sud pour une autre intervention d’urgence : l’exploitation d’une gravière à Grandvillard a mis à mal une partie d’un tumulus hallstattien. A l’occasion d’un complément à la première intervention de sauvetage réalisée en 1996, les archéologues ont découvert non seulement deux sépultures du Premier âge du Fer, mais aussi les vestiges d’un chemin, vraisemblablement romain, ainsi que deux inhumations remontant au Haut Moyen Age… Sans doute s’agit-il là des ultimes tombes dont parlait Joseph-Hubert Thorin dans sa Notice historique de Grandvillard. Cette nouvelle intervention en Gruyère nous donne le reflet des coutumes funéraires dans l’Intyamon, jusque-là connues uniquement par d’anciennes découvertes de l’âge du Bronze à Enney et Villars-sous-Mont.
Retournons à Fribourg, au cœur du Bourg du XIIIe siècle pour visiter une vieille demeure lovée sur une minuscule parcelle : le numéro 7 de la Grand-Rue. La bâtisse livre sur six niveaux sa configuration particulière et dévoile sous les crépis les nombreuses transformations dont témoignent d’intéressants vestiges architecturaux (niche trilobée, cheminée monumentale, etc.).
 chantiers_cahiers

L’archéologie permet aussi de redécouvrir les gestes ancestraux des artisans : pénétrez avec nous à petits pas dans le Moyen-âge ! Le savetier du Criblet, qui travaillait à la fin du XIVe siècle ou au début du XVe siècle à Fribourg, avait pour habitude de jeter les déchets de cuir dans un petit marais tout proche : une aubaine ! En effet, dans ces conditions de conservation, ce sont plus de 600 fragments de cuir qui ont pu être recueillis. Patiemment, plusieurs modèles de chaussures ont été reconstitués et nous ont révélé des chaussures à laçage médian ou frontal, à tige rehaussée et boutonnières, ou des bottes ; vous pourrez également admirer des outils qui sont utilisés pour le travail du cuir.
Avec-vous déjà été attentifs aux motifs décoratifs ornant les garnitures de ceinture de VIe et VIIe siècles après J.-C. ? Des chrétiens de Lussy ou de Riaz, soucieux de marquer leur appartenance à leur église, arboraient autour de la taille une représentation de croix ou de griffons en guise de talisman.
  

 

1

 

2

 

Dans la mode, votre intérêt se porte plutôt sur les tissus ? Qu’à cela ne tienne : suivez la démarche des analyses minutieuses en laboratoire qui mettent en évidence des traces de tissus imprimées dans l’oxydation des boucles de ceinture du Haut Moyen-âge de Bösingen. Un autre fragment d’étoffe provenant de la cave d’un bâtiment de Morat incendié en 1416 a également été observé, et des fibres de lin ont notamment été identifiées.
Ici comme ailleurs, il arrive malheureusement que l’archéologue doive, trop souvent encore, intervenir dans l’urgence pour documenter les miettes de vestiges qu’ont ien voulu épargner le feu (Grand-Werkhof) ou… les machines de chantier (Estavayer-le-Gibloux). C’est ainsi que dans le Gibloux, nous ne disposons à l’heure actuelle que de restes de l’impressionnante zone balnéaire d’un bâtiment gallo-romain : comportant un portique à colonnades, cette luxurieuxe résidence était notamment ornée de magnifiques peintures murales.
Une série de meules à bras en grès, ainsi qu’un exemplaire reconstitué vous permettront de vous rendre compte de la morphologie de ces objets découverts par centaines dans la carrière gallo-romaine de Châbles et qui ont servi à la mouture des céréales plusieurs siècles durant. Observez les cicatrices béantes dans la roche mettant en lumière l’ingéniosité des tailleurs de pierres dont les habitations ont été identifiées, à proximité du lieu d’extraction du grès coquillier. L’on devait entendre, s’élevant de l’autre côté de la voie, le chant du marteau sur l’enclume, au fond de l’atelier des forgerons ; de leurs multiples occupations, seuls nous restent de rares outils et des déchets de forge (battitures et scories).
Intenses activités pour l’archéologie fribourgeoise que cette cuvée 2000. Nous avons illustré, par le biais de cette exposition temporaire, le destin de quelques-unes de nos plus intéressantes découvertes, du chantier au Cahiers !

Carmen Buchillier

 

Musée Romain de Vallon