Fouilles : 2008

Découverte d’une petite statuette de Vénus

resized_280x372_venus1Lors d’une fouille réalisée durant l’hiver 2008/2009, les fouilleurs du Service archéologique de l’Etat de Fribourg (SAEF) ont eu la surprise de découvrir, dans la couche de démolition antique étalée dans les jardins, une statuette en plomb, dont il manque malheureusement la tête. Haute de 13,7 cm, elle pèse 558 g.
Même incomplète, la figure féminine peut être identifiée comme une « Vénus pudique », un type connu dans la statuaire gréco-romaine depuis l’époque hellénistique.
La Venus pudica porte parfois un léger manteau, mais elle est également représentée dénudée, comme ici. La déesse se tient debout, sur un petit piédestal haut de 2 cm, muni de deux éléments saillants dans la partie supérieure. Prenant appui sur la jambe droite, avec un léger déhanché de la gauche, elle relève le bras droit devant sa poitrine et, de la main gauche, tire une pièce de vêtement pour se couvrir le ventre.

resized_280x418_venus2

Du point de vue technique, la pièce a été obtenue par moulage. Seule la partie avant a été réalisée en relief. Deux reprises de coulées à l’arrière révèlent une qualité d’exécution moyenne, le plomb en fusion ayant en partie débordé, de sorte que l’épaisseur de la statuette oscille entre 1,5 et 1,8 cm, alors que dans la partie supérieure elle ne dépasse pas 0,5 cm. Ces quelques imperfections n’ont pas interdit des travaux de finition sur la pièce, en particulier dans la partie inférieure (ébarbures limées sur les côtés).
On doit vraisemblablement voir cette pièce comme une production issue d’un atelier régional, voire local ; à l’heure actuelle, les indices d’une production au sein même de l’établissement de Vallon font encore défaut.

Les effigies apparaissent aussi bien en offrande dans les sépultures ou comme ex-voto dans les sanctuaires. Dans les sites d’habitat, elles sont souvent à mettre en relation avec un laraire ; il est possible que cette Vénus ait appartenu à un tel sanctuaire domestique. Nous ignorons si elle faisait partie du laraire retrouvé dans la salle à la mosaïque de Bacchus et d’Ariane, constitué de statuettes en bronze, ou si elle se trouvait dans un autre secteur du bâtiment. La statuette devait être insérée dans un petit édicule, qui n’a pas été conservé.